La victoire des Bleus coûte cher à leur sponsor chinois

Vatti

Connaissez-vous la marque chinoise d’électroménager Vatti ? Cotée à Shenzhen, la société est devenue le premier sponsor chinois des Bleus en mars dernier.

A ce titre, le fabricant d’électroménager peut utiliser l’image de la sélection dans ses campagnes promotionnelles en Chine, et il ne s’en est pas privé.

Vatti a donc lancé, au printemps, une campagne publicitaire promettant à ses clients le remboursement intégral de quatre éléments de cuisine. Cela à une condition: que l’équipe de France soit sacrée championne du monde en Russie !

Or, comme vous vous en doutez, l’inquiétude a gagné les actionnaires de Vatti au fur et à mesure des qualifications successives des hommes de Didier Deschamps.

Le patron a eu beau tenter de calmer le jeu, en assurant que la somme totale avait été provisionnée, la valeur de l’action a tout de même fondu de moitié en l’espace d’un mois.

Au final, la marque chinoise a fait ses comptes et a annoncé lundi le remboursement pour environ 80 millions de yuans (10 millions d’euros) de marchandises.

Cela semble beaucoup mais les produits remboursables ne représentent que 10% du total des ventes, sans compter le joli coup de pub et la notoriété engrangée.

Reste la satisfaction d’avoir soutenu la bonne équipe. On ne peut pas en dire autant des concurrents Oppo et Mengniu, qui ont respectivement investi sur le Brésil et l’Argentine.

Quant aux millions remboursés, c’est peanuts comparé au cout du partenariat avec la Fédération française de football, estimé à 2 milliards de yuan par le site shine.cn.

Après la diffusion de ces annonces rassurantes dans les médias chinois, Vatti a même repris des couleurs en bourse, terminant hier sur une hausse de près de 4 %.