Pont HK-Macao : prison pour avoir falsifié les tests

Deux techniciens poursuivis pour avoir falsifié les tests de résistance du béton utilisé pour construire « le pont maritime le plus long du monde » entre Hong Kong, Macao et Zhuhai, ont été condamnés à 22 et 32 mois de prison, rapporte l’AFP.

L’ouvrage consiste en une série de ponts et de tunnels de 55 km de long qui permettront de franchir la Rivière des Perles et de relier Hong Kong et Macao, via la ville de Zhuhai.

Pour les autorités, cette liaison terrestre va doper les échanges commerciaux en rapprochant de façon spectaculaire les deux rives du Détroit.

Mais pour les adversaires hongkongais du projet, il n’est qu’une tentative de plus de Pékin d’accroître son emprise sur l’ancienne colonie britannique.

D’ailleurs, une photo amateur a récemment fait le tour des réseaux sociaux : des blocs de béton censés protéger une des îles artificielles des vagues semblent bizarrement glisser vers la mer. De quoi renforcer l’inquiétude des opposants au projet.

ile artificielle Hong Kong
@ Tony Ktchan/UAVHongKong

L’année dernière, 19 employés de laboratoire avaient été inculpés pour avoir falsifié les tests sur le béton. Une personne avait été condamnée en décembre à huit mois de prison.

Le technicien de laboratoire Mak Pui-shing a donc été condamné jeudi à 32 mois de prison et son adjoint Kwong Fu-yin à 22 mois. Selon le South China Morning Post, ils ont expliqué avoir agi ainsi afin de parvenir à respecter les délais.

Depuis 2011, au moins 369 accidents de travail ont été recensés sur le chantier lancé en 2009 tandis que neuf personnes ont péri, selon le ministère du Travail.

On ignore le coût total du projet, qui est partagé entre Hong Kong, Macao et Pékin. Certains estiment cependant que la facture dépasse les 100 milliards de yuans.