Fusillade à Quarry Bay : deux morts et deux blessés

policier antiterroriste Hong Kong
@ Philip FONG / AFP

Une femme et un homme ont été tués, et deux personnes ont été blessées par balle, mardi après-midi dans un parc de Quarry Bay, sur l’île de Hong Kong.

L’auteur des tirs est une femme de 44 ans qui a été arrêtée à Cityplaza, un centre commercial voisin bien connu des amateurs de patinage sur glace et d’air conditionné.

Une femme de 80 ans touchée à la tête, et son frère de 62 ans sont tous les deux décédés à l’hôpital de Chai Wan. Les survivants sont dans un état jugé sérieux, mais stable.

La réunion de famille vire au drame

La fusillade d’hier n’est ni un acte terroriste ni un règlement de compte dans le milieu du crime organisé. Selon la police, il s’agirait d’un conflit familial, lié à un héritage.

La femme, prénommée Ada Tsim Sum-kit avait perdu sa mère en 2015 selon le SCMP, et aurait souhaité réunir ses oncles et tantes pour tenter d’aboutir à une conciliation a propos de l’héritage de sa grand-mère, ayant, elle-aussi, récemment passé l’arme à gauche.

La dispute porterait sur les répartitions des fruits de la vente de l’appartement de la dite grand-mère, situe a Nam Fung Sun Chuen housing estate (soyons précis) et évalué à $8 million (8 divisé par 4, le compte est bon de notre côté).

Double meurtre sur fond de querelle d’héritage

Se sentait-elle lésée par ses oncles et tantes ayant omis de lui reverser la part à laquelle sa défunte mère avait droit ? Mal leur a pris en tout cas puisque cette dernière, qui occupe la noble fonction de garde du corps en Chine, semble avoir la gâchette facile.

La réunion familiale n’ayant pas eu l’effet escompté, la femme a saisi son Beretta 950, un pistolet semi-automatique, avec la ferme intention d’exécuter les quatre membres restant de la fratrie, quitte à rendre vaine toute tentative de réconciliation ultérieure.

arrestation Quarry Bay Hong Kong
@ Bobby Yip / Reuters

La meurtrière a ensuite été appréhendée, dans le calme, par un vigile dans le shopping mall voisin, pendant que la police antiterroriste quadrillait le parc.

Ironie de l’histoire, avec des frères et sœurs assassinée et une nièce frappée d’indignité successorale (encore que.. si un avocat criminaliste hongkongais pouvait nous renseigner a ce sujet), les deux survivants devront à nouveau se réunir… pour parler succession…

Hong Kong, une ville où la délinquance est quasi inexistante

Les fusillades sont rares à Hong Kong (cela n’a pas toujours été le cas) car, comme nous le rappelle l’AFP, la possession d’armes ou de munitions est illégale sauf licence spéciale.

Même dans les crimes attribués aux triades, l’utilisation d’armes à feu n’est pas fréquente (notre préférence va aux crocs de boucher à Yau Ma Tei et aux baguettes dans le nez).

La dernière fois qu’une personne mal-intentionnée a fait usage de son arme, c’était en 2015 lors d’un braquage à TST au cours duquel neuf Patek Philippe avaient été volées et un vendeur blessé ; à l’époque, cela faisait 10 ans qu’aucun coup de feu n’avait été tiré !