drones lumineux Sha Tin Hong Kong
@ KIN CHEUNG / AP

Fini les feux d’artifice pour le 1er juillet (momentanément ?) : Désormais, c’est avec des drones lumineux équipés de LED qu’on illumine le ciel pour de grandes occasions.

C’est ainsi que les habitants de Sha Tin ont pu assister, samedi soir dernier, à un spectacle tout aussi grandiose qu’inedit à Hong Kong : un ballet de drones lumineux.

Une centaines de drones se sont élevés au-dessus de Shing Mun River pour former plusieurs figures géométriques, dont la fleur de Bauhinia et le chiffre 21, pour marquer le 21e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine.

Certes, cela reste peu, en comparaison des 1.200 drones déployés par l’américain Intel, lors de la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang.

Riviere Shing Mun Sha Tin
@ KIN CHEUNG / AP

Et c’est encore moins qu’à Xi’an le 1er-Mai dernier, lorsque 1.374 drones lumineux s’étaient envolés simultanément. Cette prouesse technologique a d’ailleurs permis au chinois EHang de battre le record mondial de vol simultané de drones.

Vers un spectacle moins coûteux et moins polluant ?

Quelque soit l’opérateur qui était aux commandes à Sha Tin, le show tenait probablement lieu de test et de répétition pour d’autres réjouissances à venir.

Un show avec plusieurs milliers de drones pourrait fort bien remplacer ou compléter le feu d’artifice traditionnellement tiré deux fois l’an au dessus de Victoria Harbor.

drones lumineux Sha Tin
@ KIN CHEUNG / AP

Déjà, cette année, le feu d’artifice du nouvel an chinois avait été annulé, en raison de l’effroyable accident de bus survenu à Tai Po, quelque jours plus tôt .

Pour autant, il a bien fallu se débarrasser des fusées déjà sorties de leur boite. Le vrai feu d’artifices a donc été tiré, quelques jours plus tard, en journée et en pleine mer (vidéo).

Le fait qu’il n’y ait pas eu de feu d’artifice dimanche est par contre étonnant vu le show grandiose auquel on avait eu droit pour le 20e anniversaire de la rétrocession.

L’ordre pourrait simplement être venu de Pékin, souhaitant que la visite de XI Jinping, l’an dernier, ne soit pas si vite enterrée, et qui parallèlement, a déjà interdit cette année les feux d’artifices dans plus de 444 villes pour cause de pollution.

Les drones lumineux, ou comment rendre les feux d’artifices ringards.

Toujours est-il que le gouvernement hongkongais a vraisemblablement été emballé par cette technologie, que vous pouvez-voir, ci-dessous, à l’oeuvre dans la ville de Xi’an :

Les drones multicolores sont coordonnés pour produire des séquences animées en vol, dessinant des logos éclatants, des caractères chinois et des motifs tels que la carte de Hong Kong. Il sont contrôlés par ordinateur et surveillés par un seul opérateur.

On peut théoriquement faire voler jusqu’à 10.000 drones de façon simultanée. Et chaque drone est équipé de LED permettant de créer 4 milliards de combinaisons de couleurs.

Une bien meilleure visibilité

Les amateurs de feux d’artifices ont remarqué que la visibilité du spectacle décroît fortement après quelques minutes, la fumée se mêlant au smog ambiant à Hong Kong.

La fumée des feux d'artifice

L’utilisation de drones changerait tout sur ce plan : ils ne sont pas polluants, et ils sont de plus en plus stables, même par grand vent; reste qu’ils ne sont pas « flamboyants ».

Niveau sécurité, les choses pourraient évoluer favorablement : plus besoin de détruire les stocks de fusées en cas d’annulation. On ne verrait plus une barge brûler puis couler en plein feu d’artifice, comme il y a 10 ans.. et adieu la pollution aux particules fines qui se rajoutent à la pollution atmosphérique déjà bien pesante à Hong Kong.

Et si vous avez peur pour votre tête, sachez que l’unité de base Intel Shooting Star est un quadcopter de 330g qui ne blessera personne si certains tombent durant le spectacle.

Reste à savoir si les hongkongais et les chinois accepteront de se passer de cette tradition millénaire (j’en doute). En tout cas, ce sera drôle le jour où ils se feront pirater 🙂

Du coup, on ne vous a pas vraiment raconte comment c’était passé ce week-end de (au choix) festivités, défilés protestataires et propagande, ce que nous ne manquerons pas de faire via une revue de presse, nos confrères ayant eux, véritablement bossé ce week-end.