drapeau nazi racisme Hong Kong Repusle Bay
@ Hong Kong Holocaust & Tolerance Centre

Acte raciste ou ignorance crasse ? Un car de touriste a été photographié hier à Repulse Bay, au sud de l’île de Hong Kong, avec un drapeau nazi sur la vitre arrière.

S’agit-il d’un collégien désireux d’acquérir une notoriété rapide en exposant les souvenirs de jeunesse de son papy qui ne faisait pas que de la résistance en 1942 ?

L’hypothèse est tentante mais personne ne s’attribue (à ce jour) la paternité de cette ignominie sur Instagram. Or l’épisode récent du revolver braqué sur la prof, a mis en lumière la corrélation entre un passage à l’acte et sa diffusion sur les réseaux sociaux.

Antisémitisme ou problème de pédagogie ?

Reste l’hypothèse du touriste sous-éduqué, qui s’est vaguement tourné vers le bouddhisme pour soigner ses troubles dépressifs et qui a trouvé ce chouette design sur Taobao…

Car pour que l’on puisse accuser une personne d’apologie de crimes de guerre, encore faudrait-il que ladite personne ait entendu parler du Troisième Reich et de tout ce qui a conduit à ce que le prénom Adolphe perdre en popularité.

Or cela n’est semble-t-il pas enseigné partout à Hong Kong, et encore moins dans les écoles chinoises (ce à quoi les internautes répondent que les européens ne connaissaient pas non plus l’oeuvre des japonais ni celle de Mao. Un point partout la balle au centre).

Pour beaucoup, il s’agit avant tout du svastika, un symbole religieux qui représente la roue de la vie (lisez l’article passionant de Jean-Paul Coudeyrette a ce sujet).

temple swastika

Une portion, à priori non négligeable, d’hindouistes et de bouddhistes ne savent pas que les svastikas ont été utilisés par le régime nazi et sont devenus tabous en occident.

Inversement, tous les occidentaux ne savent pas que Hitler a « volé » le svastika, qu’il considérait être un symbole aryen, pour en faire, en 1935, le drapeau de l’Allemagne.

Choc des cultures oblige, même la vue d’un svastika bouddhique pointant vers la gauche – à l’inverse du svastika indien et de la croix gammée – nous surprend parfois. Question de sensibilité, d’éducation, de réflexe pavlovien ou des trois combinés ?

En tout cas, nos lecteurs visitant Taïwan auront sûrement aperçu certains de ces svastika géants sur les collines bordant l’autoroute qui relie l’aéroport à la ville de Taipei.

L’énorme bourde de la marque IZZUE en 2003

Izzue Hong Kong collection 2003

Pour ceux qui se demandent comment il est possible de ne pas faire la distinction entre un un svastika bouddhique et un drapeau nazi (svastika incliné à 45° et toujours en noir), sachez que le cas de figure s’est déjà posé à plus grande échelle en 2003.

La marque de vêtement hongkongaise Izzue a en effet, cette année-là, consacré une collection entière à l’imagerie nazie, proposant de jolis pulls rouges avec une tête d’aigle ou encore un tee-shirt à l’effigie d’Adolf Hitler trônant sur des lauriers.

La marque a ensuite décoré ses 14 magasins, façon « congrès de Nuremberg de 1934 » (de la chaîne de production jusqu’au magasin, pas un seul employé n’avait moufté).

Izzue collection nazi Hong Kong

Après une plainte des consuls allemands et israéliens, la chaîne a retiré les décorations mais a tenu bon pendant deux jours, en refusant de faire une croix (rions un peu) sur cette collection sous prétexte que seuls les occidentaux se plaignaient.

Deborah Cheng, la directrice marketing a alors expliqué au SCMP à l’époque, avoir simplement souhaité créer une collection avec un thème militaire et a conclu ainsi :

“This is Hong Kong, and Chinese people are not sensitive about Nazism.”

Du coup, le message relayé par le Hong Kong Holocaust & Tolerance Centre à propos de l’éducation et la sensibilisation des enfants, revêt un sens particulier :

In light of this disturbing Nazi swastika image seen today on a tour bus here in Hong Kong, we are reminded of the…

Posted by Hong Kong Holocaust & Tolerance Centre on Sunday, 4 November 2018

Continuer la discussion sur notre page Facebook

Mise à Jour : plusieurs passages – essentiellement humoristiques – ayant donné lieu à des messages à caractère haineux, nous avons lâchement pris la décision de les retirer.

Plusieurs trolleurs internautes nous ont fait part de leur étonnement quant au choix de la photo « choc » et de l’absence d’investigation. La réponse est simple : une seule photo est disponible. La suite donnée à cette affaire sera relayée sur la page du HKHTC .

Acte raciste ou ignorance crasse ?

Posted by Hongkongais.com on Monday, 5 November 2018